ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS NATIONAUX DANS LE PROCESSUS D’ÉLABORATION DE L’ADT ET LE PAS DES BASSINS DE GREAT&LITTLE SCARCIES ET MOA / MAKONA

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Conservation des écosystèmes et gestion internationale des ressources en eau de l’Union du fleuve Mano» financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) », l’Autorité Nationale des Aires Protégées (NPAA), Agence Nationale d’Exécution, en collaboration avec l’Union du Fleuve Mano, Agence d’Exécution Régionale, a organisé le 14 octobre 2020, dans la ville de Bo, un atelier de formation pour renforcer les capacités des acteurs nationaux.

Vingt-cinq (25) participants dont 5 femmes, membres des plates-formes nationales des usagers de l’eau du bassin fluvial de Great & Little Scarcies, l’Equipe nationale consultative technique de l’Analyse Diagnostique Transfrontalière (ADT) et du Plan d’Action Stratégique (PAS), le  Comité Technique Multisectoriel, l’Union du Fleuve Mano (UFM) et des ONG du secteur de l’eau et des membres de la société civile ont pris part à cette importante activité. Cette formation, qui durera quatre jours, du 14 au 17 octobre 2020, vise à renforcer les capacités de base des acteurs nationaux pour leur participation active à la formulation de l’ADT/PAS des bassins fluviaux transfrontaliers.

Mr Olumide Akinsola, Consultant Régional, chargé de conduire l’ADT dans l’UFM, a expliqué que ‘’l’objectif de la formation est de permettre aux parties prenantes de mieux connaitre les objectifs et la méthodologie de formulation de l’ADT tel que préconisé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Ainsi les parties prenantes seront à même d’accompagner le processus dans la composante nationale et au niveau régional.’’ La question du Plan d’Action Stratégique (PAS) a également été abordée, lors de cette formation. La première composante de la formation était l’introduction générale sur l’espace UFM, qui comporte 10 bassins transfrontaliers. La deuxième est la présentation du processus ADT et la troisième le processus de formulation du PAS. Le formateur a expliqué aux parties prenantes que le PAS est un document négocié de politique environnementale. Il définit les domaines prioritaires d’action et les réformes nécessaires pour résoudre les problèmes environnementaux les plus urgents identifiés dans l’ADT des bassins de l’Union du Fleuve mano. L’objectif général du PAS sera de doter l’UFM et ses partenaires d’un outil de gestion transfrontalière durable de l’environnement du bassin de l’Union du Fleuve Mano. La quatrième composante de cette formation, les questions transversales, notamment les questions de gouvernance, la question du genre et la question du changement climatique.

L’ADT est une étude qui permet de mettre en exergue la gestion des eaux transnationales. Elle va identifier et évaluer trois groupes de problèmes environnementaux: les problemes liés à la quantité des ressources en eau, à la qualité de l’eau et à la dégradation des écosystèmes. Elle identifie et évalue également les problèmes transversaux, notamment ceux liés à la gouvernance et au changement climatique. Dans le cadre du projet FEM Mano, elle se focalisera sur les trois bassins transfrontaliers prioritaires de l’Union du Fleuve Mano, à savoir: les fleuves Cavally (entre la Cote d’Ivoire la Guinée et le Libéria), Moa/Makoa (entre la Guinee, le Liberia et la Sierra Léone) et Great and Little Scarcies (entre la Guinée et la Sierra Léone).

La validation au niveau regional de cette étude (ADT) pour laquelle chaque pays, dans le cadre de ce projet FEM Mano, a commis un consultant national, sera effective avant la fin de cette année 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram