«DÉCLARATION DE FREETOWN» SUR LES POLITIQUES D’ÉNERGIE RENOUVELABLE

Les pays membres de l’Union du Fleuve Mano (UFM), la Sierra Leone, le Libéria, la Guinée et la Côte d’Ivoire après une conférence multipartite de deux jours sur les énergies renouvelables et la cuisine propre au Radisson Blu Hotel de Freetown, Sierra Leone, ont élaboré la «Déclaration de Freetown». qui se concentre sur la formulation et l’harmonisation des politiques.

Le but de la conférence était de permettre une discussion approfondie dans les domaines techniques spécifiques et des options de financement pertinentes pour l’adoption des énergies renouvelables. Tout en identifiant des opportunités concrètes de coopération régionale, afin de garantir un élément pratique de première main, et le matériel politique qui aidera les parlementaires et les décideurs politiques à mettre en œuvre les résultats de cette rencontre.

L’événement a regroupé cinq thèmes; accès à l’énergie, commerce d’électricité sous-régional, lien énergétique, cuisine propre et infrastructures de services publics. Les 11 points de déclaration développés par les pays membres de l’UFM soulignent que: «Nous reconnaissons que les développements mondiaux actuels et les circonstances spécifiques dans la sous-région nécessitent que nous dégagions en urgence un consensus sur les énergies renouvelables. Par conséquent, nous sommes déterminés à travailler sur un cadre politique et réglementaire harmonisé et à faciliter les efforts visant à construire une sous-région commune. » Les pays membres se mettent au défi de veiller à ce que les membres assument la responsabilité principale de son propre développement, car les efforts nationaux devraient être complétés par ceux de la sous-région pour soutenir les initiatives de développement énergétique et accroître les avantages qu’ils peuvent retirer de ces investissements.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *