L’UNION DU FLEUVE MANO ENGAGE VINGT POSTES FRONTIERS STRATÉGIQUES POUR PREPARER LES ÉTATS MEMBRES À LA RÉOUVERTURE DES FRONTIÈRES TERRESTRES

Du 23 au 26 juillet 2020, la Secrétaire Générale de l’Union du Fleuve Mano, l’Ambassadeur Medina A. Wesseh, à la tête de trois équipes distinctes, a quitté Freetown, pour rencontrer les parties prenantes de vingt (20) points de passage stratégiques et des Unités Conjointes de Sécurité et de Restauration de la Confiance aux Frontières (UCSRC) de la sous-région UFM pour une évaluation des frontières terrestres dans le cadre de la Covid 19.

La visite a couvert toutes les zones frontalières terrestres internationales des districts de Kambia, Kailahun et Pujehun. Cette initiative anticipe les préparatifs de la réouverture des frontières terrestres et vise à accroître la sensibilisation contre la COVID 19 au sein des communautés frontalières, ainsi qu’à impliquer les présidents et secrétaires des communautés frontalières ciblées sur leur mécanisme de réponse contre la COVID 19.

Il faut rappeler que récemment le Comité Ministériel de coordination de la CEDEAO sur les transports, la logistique et le commerce a tenu une réunion pour l’harmonisation et la réouverture progressive des frontières terrestres, aériennes et maritimes pour la restauration des activités économiques transfrontalières, et particulierement pour les mouvements de personnel humanitaire, de fournitures d’équipement médical ainsi que les biens essentiels dans la lutte contre la pandémie de la COVID-19.

C’est dans ce contexte que les différents chefs de mission ont eu des discussions avec les présidents de conseil de district, les coordonnateurs de la sécurité du district de l’Office Nationale de Sécurité, les équipes de gestion de santé du district, les coordonnateurs de district de la réponse contre la COVID 19, les membres des UCSRC et plusieurs communautés frontalières et leurs homologues de Guinée et du Libéria. Les possibilités d’établir un triage à des points stratégiques autour des points de passage de la frontière et d’améliorer la surveillance communautaire ont été au cœur des discussions.

Les défis associés à la fermeture des frontières en raison de la pandémie, les problèmes anticipés liés à la réouverture des frontières et les recommandations  pour relever ces défis ainsi que la nécessité de leur fournir un certain niveau d’assistance afin de mieux faire face à la réouverture des frontières terrestres ont également été abordées.

Dans chaque district, la délégation de l’UFM, dans le cadre de son partenariat de développement avec le bureau pays du PNUD en Sierra Leone, a remis officiellement au coordonnateur de district de l’Office National de Sécurité et de lUCSRC, des lots de masques faciaux, des kits de lavage des mains et un ensemble de dépliants dont les messages destinés à la communauté ont été approuvés par le Ministère de la Santé de Sierra Léone.

L’UFM et le PNUD ont signé un protocole d’accord en 2019 pour travailler dans les domaines du développement et depuis la l’annonce de la lutte contre la Covid 19, plusieurs réunions et activités ont été organisées conjointement.

De manière générale, les différents districts et communautés frontalières où la Secrétaire Générale et ses équipes se sont rendues ont accueilli favorablement cette initiative de l’UFM, qui y voit une opportunité de renouveler leur engagement dans la réponse contre la COVID 19. Leur engagement s’est traduit a travers des recommandations fermes qui seront partagées avec le PNUD, chef de file des équipes pays des Nations Unies dans les quatre États membres, ainsi qu’aux centres nationaux de réponse de la COVID 19 et les Ministères de la Santé des États Membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram